Jouir par les seins

Jouir par les seins, avec un orgasme mammaire, cela existe ! Parole d’Estelle ! Pour à nouveau rougir de jouissance, pas d’hésitation, mes chéries, titillez vos tétons seule ou avec votre partenaire adoré, masculin ou… féminin. ! Qu’ils soient rentrés ou volumineux. Zone érogène primaire chez la femme, nos lolos peuvent révolutionner notre vie sexuelle. Pour ma part, lorsque mes tétons et ma poitrine sont malaxés tout en insistant délicatement sur mes larges aréoles granuleuses, un orgasme violant se produit, si de plus il est associé à une masturbation… Whaoo !!!

Jouir par les seins

L’orgasme mammaire arrive rarement en tête de notre Top Five pour hululer à la lune. Et pourtant, certaines femmes ont connu cette brûlante satisfaction. Après tout, ce n’est pas si étonnant. « D’un point de vue anatomique, le téton est un organe érectile, comme le clitoris, ou encore le sexe masculin… et c’est une zone érogène primaire chez les femmes », rappelle Alain Héril, sexothérapeute qui me livre ses confidences expertes sur le sujet. De quoi relancer sa machine à fantasme pour l’été.

Entre bal des hormones et zones du cerveau

Un pic d’excitation et les mamelons se durcissent et deviennent plus gros… Les veines qui l’entourent peuvent aussi se gonfler, et les seins augmenter de volume. On le sait bien, la stimulation sexuelle bouleverse notre chimie. En ce qui concerne la succion des seins, rappelant celle du nouveau-né, celle-ci entraîne d’une part la production d’ocytocine (l’hormone de l’orgasme) et d’autre part de prolactine : deux éléments largement favorables pour grimper au 7ème ciel.

Par ailleurs, les études sont formelles : des chercheurs ont mis en évidence que la stimulation des seins active le cortex sensoriel génital, la même zone du cerveau sollicitée lors de la stimulation du clito, de notre profonde « grotte » et du brulant col de l’utérus … Il semblerait que pour le cerveau, l’information soit traitée sur le même plan… Rappelons que le plaisir, c’est aussi dans la tête, ce qui renforce la possibilité d’une poussée orgasmique mammaire !

A chacune sa sensibilité !

« En consultation, les femmes évoquent le plus souvent des sensations orgasmiques, c’est-à-dire d’une grande intensité. Mais peu témoignent avoir ressenti un orgasme, impliquant des spasmes du vagin » précise toutefois, Alain Héril. Les sensations sont évidemment différentes d’une femme à l’autre. La sensibilité dépend en majeure partie du ballet hormonal, des règles, et de la nature de la stimulation bien-sûr. Si la caresse manuelle des mamelons peut entraîner une réelle excitation, c’est toutefois la plupart du temps, la succion le véritable déclencheur ! Certaines le découvrent même lorsqu’elles allaitent, ce qui fut mon cas… Ces sensations fortes peuvent être d’ailleurs être très déconcertantes.

Certaines nanas, en revanche, ne ressentent rien. La stimulation peut même entraîner des sensations désagréables. Ce n’est pas toujours le partenaire qui est en cause ! Le lien que nouent les femmes avec leur poitrine, va avoir une incidence directe sur son rapport au plaisir. C’est leur rapport au corps, et à leurs seins qui est en jeu. Quand on les trouve trop gros ou trop petits, qu’on souffre d’une mauvaise image de sa poitrine, il est plus difficile de ressentir du plaisir. Enfin, il n’y a pas d’automatisme de cause à effet dans le plaisir : le lâcher prise est au cœur de la sensation orgasmique, et il dépend du regard que vous portez sur vous.

Vos seins sous haute tension érotique

Inutile de vous précipiter messieurs… « La stimulation passe d’abord par le regard, plein d’appétit et de désir…». Pour accompagner plus sûrement son amante sur le chemin de l’orgasme, « investir » sa poitrine est important. La manière de toucher et de caresser est unique pour chacun. Le mieux est de se mettre à l’écoute des sensations de sa partenaire… A elle aussi de guider les hommes. » J’entends souvent dans mon cabinet, les femmes me dire : il ne sait pas s’y prendre » a-t-il noté.

Dites-lui, ce qui vous fait plaisir, ce qui nécessite bien sûr un auto-apprentissage. En découvrant ses propres sensations mammaires, par de l’auto-érotisme, une femme peut initier des ébats moins convenus.

Téléchargez sur ma rubrique PREMIUM, le roman audio de Ghislaine de Lunac « LA GYNECO PERVERSE », de nombreuses scènes en… « Prise directe » y sont incluses… amatrices et amateurs de poitrines sensibles aux douces caresses… vous adorerez.
Enceinte, mes seins avaient tellement pris du volume, que le colostrum jaillissait de mes pointes durcies, déclenchant en moi, lors de succion et massage incessants, des orgasmes puissants et inégalés. Mmmm….

J’attends vos témoignages mesdames et messieurs sur :
monblog@estelle-lancel.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonne-toi à mon blog

Saisis ton adresse e-mail pour t'abonner gratuitement , sans engagement et anonymement à mon blog, tu recevras une notification à chaque nouvel article que je publie.

Mes romans audio

Ma boutique Estelle Lancel